Une question d’offre et de demande ?

Une question d’offre et de demande ?

Certains domaines d’activité, tels que les services informatiques ou d’aide à la personne proposent pléthore de postes ne trouvant preneur. Pourquoi plus de 900 000 postes restent vacants alors que la France possède un des taux de chômage les plus élevés d’Europe ?

900 000 projets de recrutements difficiles

Après avoir interrogé 1,7 millions d’établissements, la dernière étude de Pôle Emploi* mentionne plus de 900 000 projets de recrutements difficiles. C’est chiffre sont relatifs à l’année 2019, et ce dans des secteurs particuliers. Nous en avons sélectionné quatre arrivant en tête des métiers en tension :

  • Les agents d’entretien de locaux
  • Les aides à domiciles et aides ménagères
  • Les ingénieurs 
  • Les employés polyvalents de la restauration

Les raisons de ces difficultés à recruter les bons profils dans chaque domaine d’activité peuvent s’expliquer par trois facteurs :

Une des raisons, est la pénibilité de certains postes qui n’incitent pas les demandeurs d’emploi à répondre aux offres. Ces postes concernent essentiellement la restauration (station debout prolongée, horaires contraignantes…), le service à la personne (travail nécessitant d’être mobile, de répondre aux besoins de personnes vieillissantes et de leurs familles avec une rémunération faible) ou certains métiers liés à la santé (travail de nuit, pression due aux urgences…).

Une autre raison est liée directement à l’exigence de certaines entreprises en termes de profils, talents, compétences et personnalités. En effet, certaines entreprises cherchent le mouton à cinq pattes. Cependant, le candidat parfait n’existe pas et mieux vaut former un candidat en interne et garantir la croissance de son entreprise que de chercher la perle rare. Cela risquerai de faire perdre du temps et limiterai la croissance. 

Une question de territoires et de mobilité ?

Enfin, il apparaît que nombre d’entreprises recrutent sur un même territoire les mêmes talents. En conséquence, elles assèchent ce même territoire des compétences dont elles ont l’utilité. Il arrive alors qu’une inadéquation apparaisse entre les bassins de l’emploi sur un territoire et les viviers de talents potentiels sur un autre territoire. Ainsi, les entreprises qui souhaitent accroître leur activité doivent attirer les talents d’autres territoires et faciliter leur mobilité. C’est notamment le cas des techniciens de maintenance (tant au moment de leur recrutement que durant leur activité professionnelle) et des ingénieurs possédants des compétences spécifiques, qui peuvent être difficile à trouver d’un territoire à l’autre (un exemple simple est celui de l’ingénierie aérospatiale à Toulouse).

Il existe bien des métiers dits “en tension”. Certains domaines tendent à travailler sur la problématique de la pénibilité au travail. Par exemple, en proposant des temps de pause plus longs, du matériel plus adéquat (par exemple, dans les métiers de la soudure) ou encore un roulement d’équipe (pour les métiers de la santé). D’autres métiers devraient être plus attractifs et offrir une meilleure visibilité pour attirer des talents venant d’autres territoires. En effet, ils doivent leur permettre de s’intégrer sereinement sur leur nouveau lieu de vie et de travail.

Ainsi, pour attirer les meilleurs talents, il est préférable que l’entreprise participe à leur mobilité. KeeSeeK l’accompagne et lui offre la possibilité de recruter différemment grâce au logement.

*https://www.nouvelleviepro.fr/actualite/752/emploi-decouvrez-la-liste-2019-des-metiers-en-tension

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *