Qui sont les Français qui changent de métier ?

Qui sont les Français qui changent de métier ?

Un Français sur cinq a changé de profession au cours de sa carrière

Nous vous présentons aujourd’hui le résultat d’une étude édifiante, qui tombe à point nommé. Dans une période où la mobilité professionnelle est devenue indispensable pour faire face aux changements significatifs du marché du travail, cette étude confirme la tendance.

Cette enquête du service statistique du ministère du travail (DARES), qui se focalise sur les profils des individus qui changent de métier et les domaines professionnels concernés, a été réalisée auprès de 13.900 individus âgés de 20 à 50 ans qui étaient en emploi entre 2010 et 2015.

 Conclusion, un Français sur cinq a décidé de changer de profession au cours de cette période. Mais on remarque de fortes disparités selon les secteurs d’activité et les régions.

KeeSeeK revoit tout ça en détail pour vous.

 

 

La mobilité pour trouver de meilleures conditions de travail et un meilleur salaire

On remarque d’importantes disparités entre les secteurs d’activité.

Ainsi, Les métiers manuels sont les principaux concernés par ces reconversions. Exemple le plus notable, un électricien sur trois change de métier au cours de sa carrière. C’est le cas aussi chez les commerçants, les artisans ou encore les mécaniciens.

Selon le ministère, ces chiffres s’expliquent par la recherche de meilleures conditions de travail et d’un meilleur salaire.

A l’inverse, on constate qu’il y a peu de reconversion chez les enseignants, ou encore dans les domaines de la santé, par exemple. Notons toutefois que si les concours ou les longues études freinent les envies d’ailleurs, la mobilité interne est belle et bien présente.

Une forte représentation des femmes et des jeunes

Autre constatation majeure de cette étude, ce sont les jeunes, entre 20 et 29 ans, et surtout les femmes qui changent le plus de métier. Pour ces dernières, la probabilité est supérieure de six points par rapport aux hommes.

Pour répondre à cela la DARES propose plusieurs hypothèses.

Notamment une, selon laquelle, les femmes chercheraient davantage à mieux concilier vie professionnelle et vie familiale.

Un désir qui freinerait donc les envies de carrière.

Autre constat, la mobilité professionnelle varie aussi en fonction des régions. Ainsi, sans surprise, on change davantage de métier en région parisienne que dans le reste de la France.

La mobilité est plus fréquente lorsque les compétences sont transférables d’un domaine à l’autre

« Les mobilités sont plus fréquentes lorsque le métier exercé initialement requiert des compétences transférables dans d’autres domaines », explique par ailleurs la DARES. C’est en particulier le cas des personnes exerçant une activité dans le domaine de l’électricité-électronique. En effet, ils disposent de compétences pouvant être utilisées dans bon nombre de métiers. Ainsi, 33% des personnes qui travaillaient dans ce domaine en 2010 ont changé de métier ou de domaine professionnel. Souvent, ils se sont orientés vers la maintenance, le bâtiment, la mécanique ou encore les transports, la logistique voire le tourisme. De la même façon La mobilité professionnelle est également importante dans les domaines de l’artisanat et du commerce.

La mobilité professionnelle est la clé d’un marché de l’emploi en plein bouleversement. Elle prend ces dernières années une ampleur telle qu’elle oblige les recruteurs et les chercheurs d’emplois à s’ajuster. Il ne faut d’ailleurs pas oublier qu’au-delà de la mobilité externe qui fait l’objet de cette étude, il existe également une mobilité interne non prise en compte par cette étude, faisant grossir encore plus les statistiques de la mobilité professionnelle.

 

Découvrir KeeSeeK