L’accès au logement : un marqueur social

L’accès au logement : un marqueur social

keeseek-people

Un accès au logement encore compliqué :

Selon l’observatoire national de la pauvreté, de moins en moins de ménages issus de classes populaires arrivent à devenir propriétaires. Afin de trouver du travail les ménages se sentent souvent obligés déménager en ville ou en banlieues ; dans un marché immobilier sous tension ou l’accès au logement est difficile.

Selon le 27e rapport de la Fondation Abbé-Pierre, en France, 4 millions de personnes sont mal-logées.

L’accès au logement est devenu un  marqueur social entre les foyers aisés qui eux accède plus facilement que les foyers modestes.

La hausse des loyers, un marché de l’immobilier sous tension et le déménagement dans les zones urbaines des foyers les plus modestes les mènent souvent à vivre dans des logements inadaptés  à leur situation.

Nous pouvons constater que les familles monoparentales, les couples au chômage, les étrangers et les familles avec trois enfants sont les plus touchés par la crise du mal-logement.

Indirectement, le mal logement contribue à l’augmentation du risque de pauvreté à l’âge adulte chez l’enfant, si ce logement crée des conditions défavorables au travail et à la réussite scolaire. Ainsi, le mal logement peut devenir un transmetteur inter-générationnel de la pauvreté.

Un rapport de cette même institution l’Onpes fait état de loyers trop élevés pour les revenus modestes ainsi que des difficultés de retrouver un logement décent lors de transitions de situations compliquées et une situation dite plus “stable”.

L’accès à un logement décent et un travail doit être inaliénable et nous travaillons en ce sens :

Sur KeeSeeK, en un clic vous trouvez une offre d’emploi ET un logement à proximité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *