Entre mobilité et changement, les nouvelles aspirations des cadres en entreprise

Entre mobilité et changement, les nouvelles aspirations des cadres en entreprise

Au cours des trois prochaines années, deux tiers des cadres aspirent à changer de travail. 72% d’entre eux n’ont pas connu de changement professionnel depuis l’année dernière et comptent bien changer cela.

Si la plupart vise la mobilité interne, les moins de 30 ans privilégient le changement d’employeur.

Plus de la moitié de ces cadres sont dans déjà dans une démarche avancée : candidature spontanée, candidature envoyée aux offres d’emploi, volonté de changer d’entreprise exprimée à leurs supérieurs… bref la mobilité est bien en marche !

Un marché de l’emploi favorable aux changements

En France, 200.000 recrutements ont été effectué l’année dernière, les évolutions de carrières sont en plein boom et 7% des cadres ont changé d’entreprise selon les sources de l’APEC.  

En 2016, 42 % des cadres envisagent une mobilité interne dans leur entreprise au cours de ces trois prochaines années.

Tandis que 39% souhaitent changer d’employeur, plus particulièrement les moins de 30 ans, ils sont 60% dans cette tranche d’âge à vouloir poursuivre leur carrière ailleurs que dans leur entreprise actuelle.

Un souhait qui va dans les deux sens puisque les entreprises recrutent surtout les cadres ayant moins de 10 ans d’expérience.

Une mobilité affectée par les problèmes de logement :

Que ce soit dans le cadre de la mobilité interne (vers un autre site de l’entreprise) ou alors suite à la démarche du salarié, la mobilité a un prix.

En effet, la mobilité du travail entraine dans la majorité des cas un changement de logement. Seulement en France, la recherche de logements temporaires (pour une période d’essai par exemple) est compliquée et entraine donc un frein à la mobilité.

40% des entreprises sont impactées par des problèmes de mobilité des salariés et 56 % de la population active refuserait un emploi si elle ne trouve pas de solution de logement associée.

La recherche des bonnes solutions de mobilité touche aussi bien les employés que les services Ressources Humaines des entreprises.

Aujourd’hui, 27 % d’entre elles incluent les conditions de logement des salariés dans leur stratégie d’entreprise.

Un recrutement qui a un prix :

Si le marché est enclin aux nouveaux désirs de mobilité des cadres, le recrutement reste tout de même un cout élevé pour les entreprises : le recrutement d’un seul salarié coûte environ 50 000 euros à l’entreprise et les recrutement non aboutis (période d’essai avortée, solution de logement non trouvée…) ont coûté 2 milliards d’euros l’année dernière en France.

Comment faire pour que le logement ne soit plus un frein à la mobilité ?

Première plateforme de recrutement associant le logement temporaire à l’emploi, KeeSeeK met en relation toutes les offres de logements meublés avec toutes les offres d’emploi internes ou externes.

Elle est de ce fait, la nouvelle solution de mobilité. Ce service unique facilite donc l’intégration des salariés recrutés ou mutés.

Il offre aux employeurs un moyen de recruter rapidement ou de favoriser la mobilité interne de leurs salariés et à la population active un accès à l’emploi grâce à une mobilité facilitée par un hébergement proche du futur lieu de travail.

En bref, KeeSeeK est un tremplin pour la mobilité des cadres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrir KeeSeeK